Drapeau de la Republique populaire de Chine
 
 
 
 

Les filons de la richesse

Beaucoup d’entre nous se surprennent souvent à rêver du jour où Haïti sera la championne caraïbéenne des pays ayant un ratio d’entrepreneurs multimillionnaires dépassant le nombre de 100 par million d’habitants!!! Cela peut faire rire les septiques. Et pourtant, cela mérite bien qu’on s’y arrête quelque peu.

http://www.guadeloupe-fr.com/PictS/PG000987.jpg

La question est la suivante : Est-ce qu’un pays sous-développé, à croissance nulle ou presque, peut en moins d’un demi-siècle changer sa situation? Ou mieux encore : Est-ce que cette terre déboisée qu’est devenue Haïti, pourra un jour offrir un terreau fertile aux entrepreneurs décidés de faire fortune ?

Pour répondre à ce type de questions, bien des gens mettent en exergue le système éducatif.  Ont-ils tort? Ont-ils raison?

Tentant de trouver une réponse, nous tournons notre regard tout naturellement vers la Chine. Ce pays affiche, depuis plusieurs années, un taux de croissance de 9% l’an. Alors, la qualité de l’éducation reçue par les Chinois serait-elle à la base d’un tel triomphe économique? Les données disponibles un peu partout permettent de voir que l’école à elle seule n’explique pas un tel phénomène de croissance.  En effet, quand au tournant des années 1980, les nouveaux dirigeants de ce pays, à la grande stupéfaction du monde entier, ont préféré adopter le libéralisme économique occidental en lieu et place du communisme pur et dur des décennies antérieures, les jeunes universitaires ont été les premiers à se lancer dans la course à la richesse. Ils sont devenus en peu de temps les maîtres du marché de la construction, de l’immobilier, de l’industrie minière et de la …contrefaçon! Ainsi, tout en étant communistes, ils avaient en eux les atouts pour se transformer, dans un très court délai, en entrepreneurs à succès.

http://www.un.org/africarenewal/sites/www.un.org.africarenewal/files/denning-interview-1_1.jpg

Bien avant 1980, la volonté de desservir (et de contrôler) les populations rurales avaient nécessité la construction d’une grande quantité de routes, de ponts, de chemins de fer, et permis la mise en œuvre des industries de base comme celles du charbon, du fer et de l’acier. Le système éducatif a été particulièrement pris en main par l’Etat chinois qui lui avait donné pour objectif de produire des jeunes motivés au plus haut niveau et prêts à se consacrer à  l’amélioration des conditions de vie des populations urbaines et rurales.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSD_36pabR0PVjHgBRby6ZTp0P3QJVsNT_1GwNU0VmBwgxxse-bZw

Oui, l’exemple de la Chine permet de répondre sans hésiter à notre question initiale : il est possible qu’un pays pauvre puisse après quelques décennies de stimulation de la croissance des entreprise locales, d’application stricte de politiques publiques de valorisation de l’humain  et autres stratégies de développement savamment conçu, parvienne en quelques décennies, à passer de l'état de pauvreté à l'état de richesse.

● Dans ce numéro, le  PDG informe sur les objectifs de ses visites de mission et de supervision. Le Directeur financier de la SOGED, Mme Chantal Merceron, répond à nos questions sur le développement de l’entreprise (DANS LES ENTREPRISES). Suite à l’engagement de V & F dans la réalisation de travaux d’infrastructures lors du carnaval du Cap, une réflexion vous est présentée autour du patriotisme de cette entreprise (ENTREPRENEURIAT CITOYEN). A Caracol, V & F Engineering poursuit les travaux de construction de logements sociaux (INFOS CHANTIERS). Par son support au FC SHANA, la Sogener a permis au drapeau haïtien de flotter bien haut dans le ciel de Floride (SPONSORING). 


Bonne lecture!