Le Président Martelley reçoit une distinction de la AMCHAM, au Karibe.
Ci-dessous, quelques images de chantiers exécutés par V&F Construction S.A.

 
 
 


 

Le Secteur privé haïtien
et le développement économique

L’économie haïtienne connaîtra, en 2012, selon certains économistes, des jours meilleurs. Et le Groupe Jean Vorbe le souhaite ardemment. On se souvient, en effet, que les prédictions faites pour 2011, en terme de mobilisation de capitaux de la part de la communauté internationale, dans le cadre de la reconstruction du pays, n’ont pas été concrétisées. Et la croissance économique que devait induire ce flux de capitaux externes n’a pu, en conséquence, être observée. Pour la plupart des entreprises haïtiennes, l’année 2011  a fini sa course comme elle l’avait commencé : dans la morisité et l’inquiétude.

2012 sera bonne ! Le politique l’affirme. Les déclarations stimulantes et mobilisantes faites, en de nombreuses occasions, par le Président de la République, M. Joseph Michel Martelly, font pencher encore plus la balance des prédictions dans le sens désiré. Après avoir soutenu cette thèse au Parlement haitien, dans les premiers jours de janvier, c’est au Karibe Convention Center, lors du dîner-forum de la AMCHAM (The American Chamber of Commerce in Haiti ) que le Chef de l’Etat a tenu à préciser sa pensée sur ce sujet.

Dans son discours de circonstance, après avoir remercié les membres de la AMCHAM pour leur intéret à le voir parmi eux, et noté au-delà de ce dîner-forum,  la confiance du secteur privé dont ils sont les dignes représentants, dans un avenir économique prometteur, le Président Martelly a précisé :

 « L’Etat a besoin de vous, de ce partenariat réel, public-privé. Il nous faut mettre Haïti sur les chantiers de la reconstruction et, le peuple haïtien au travail. Le défi est de taille, mais stimulant. Nos problèmes sont les vôtres, nous avons le devoir de dialoguer, la nécessité de se comprendre. Nous devons avoir l’intelligence de rechercher conjointement les solutions, pour l’édification de cet indispensable socle de croissance, une croissance durable au bénéfice de tous nos compatriotes. (…)

Il est temps d’harmoniser nos discours et de créer l’espace serein pour des relations mutuellement bénéfiques. C’est dans cette optique, que j’ai instruit le Gouvernement d’engager les réformes qui doivent viser à donner à nos entreprises les moyens de se développer, d’être plus fortes, plus compétitives, plus imaginatives, plus créatrices d’emplois, plus attractives surtout.

Je le réitère. L’année 2012 doit être celle de l’opportunité et de la dynamisation de notre économie. La révolution de la croissance annoncée servira de creuset à l’émergence de nouvelles stratégies de compétitivité, dans les filières porteuses, prioritaires et transversales. »

La vision du Groupe Jean Vorbe en matière de participation du secteur privé haïtien dans le développement économique de la nation, est en parfaite harmonie avec celle formulée par le  Président de la République. En effet, la bonne performance de l’économie implique la création d’un cadre propice à la consolidation, l’encadrement et l’extension de l’initiative privée.  Aucun pays capitaliste ne se tient debout sans ces piliers indispensables que sont les entreprises nationales. Plus ils sont grands et solides, plus la nation sera en mesure de  faire face aux tempêtes que sont les inévitables crises financières. Les entreprises étrangères ne devraient, par conséquent, avoir préséance sur les nationales. Si elles versent des salaires aux compétences locales qu’elles recrutent, cela ne fait pas pour autant d’elles des contribuables à l’assiette fiscale du pays. Ce sont les règles du jeu des appels d’offres internationaux. Rien à dire à l’encontre. Libéralisation du marché oblige. Toutefois, les autorités du pays qui ont pour devoir de satisfaire les justes aspirations sociales des populations, gagneront énormément à avoir toujours à l’esprit le souci de prendre parti pour les entreprises nationales, « ces grands contribuables », pour reprendre la terminologie de la DGI, qui sont si importants quand il s’agit de collecter les milliards de gourdes prévus par le budget national.

Dans ce numéro

Un an après la création de la société V & F Engineering, GJV Info a voulu s’entretenir avec  l’entrepreneur Frantz Jérôme, le Président fondateur du Groupe CAFI, un des plus importants partenaires du Groupe Jean Vorbe. Il nous livre son appréciation dans une entrevue présentée dans la rubrique DANS LES ENTREPRISES.

Dans INFO CHANTIERS, l’état d’avancement de la route Thiotte –Anse-à-Pitre a retenu notre attention. Cette route intercommunale joue un rôle important dans le développement d’activités génératrices au niveau de la région.

La rubrique BON A SAVOIR de ce numéro est consacrée au sable de rivière traité et produit par VFM, à Léogane. Les différentes phases du traitement ainsi que les procédés de contrôle de la qualité des granulats y sont développés.

Bonne lecture !

Groupe Jean Vorbe